Les termes employés pour la navigation et sur la Loire

Accoster : manoeuvre d'approche d'un bateau vers une berge, un quai ou même un autre bateau en vue de son immobilisation par amarrage.

 
Armement : L'armement d'un bâtiment consiste à le munir de tout ce qui est nécessaire à son genre de navigation; ce terme désigne aussi la totalité des objets dont un navire est muni. Ces objets sont inscrits sur les "feuilles d'armement". Dans une embarcation, on appelle ainsi son équipage.

Afflot : sur la Loire, crue légère suffisamment importante pour permettre le départ de bateaux chargés à la descente. On parle alors d'"eaux marchandes".

Affourcher : mouiller deux ancres de façon à ce que leurs chaînes fassent entre elles un angle de 60 à 120 degrés, afin de diminuer le champ d'évitage sur babord ou tribord.

 

Allège : dans l'ancien système de navigation sur la Loire, par trains de chalands à la remonte, quelques bateaux vides fermaient le convoi. Quand un passage délicat, du genre haut-fond, exigeait que l'on allège d'une partie de leur cargaison les chalands, cette cargaison était répartie dans les allèges, puis reprenait sa place à bord des chalands une fois l'obstacle passé.

Allonger : sur la Loire, amarrer par l'avant et l'arrière le long d'un quai ou d'une île.

Avalant : bateau qui descend le canal ou la rivière (il s'éloigne de la source ou du bief de partage). À taille égale, l'avalant est prioritaire.On dit aussi que le bateau "baisse".

Avaterre : côté d'une rive aménagée pour le halage des bateaux par les chevaux ou par un système de traction mécanique (diesel sur pneus ou électrique sur rails). Voir "bord d'hors".

Baisser : sur la Loire, descendre avec le courant. Synonyme : avaler.

Baguer : Faire un noeud coulant.

Balade-couillons : terme pas vraiment officiel mais un chouïa méprisant par lequel les mariniers et les agents de la navigation désignent un bateau de transport de passagers à usage touristique, un bateau-mouche par exemple. Synonyme : promène-couillons. Terme officiel : bateau à passagers.

 

Baquêterie : chantier de construction de bateaux, dans le Nord.

Baqueteux : constructeur de bateaux, dans le Nord.

Barne : sur la Loire, petite voile de temps fort.

Battre en arrière : inverser le sens de rotation de l'hélice, généralement pour s'arrêter (il n'y a pas de frein sur un bateau !).

Biller : sur la Loire, faire pivoter le bateau le nez vers l'amont pour freiner sa descente.

Billot : sur un chantier de construction navale, ce terme désigne un fort plot posé sur le sol et qui supporte une cöette, fort madrier transversal sur lequel on construira le bateau.

Border : Une voile : la raidir en embarquant l'écoute. La côte : la suivre de très près. Un navire : mettre en place le bordé.

Châbler : attacher à un câble (vieux français).

Chalandou : sur la Loire, sobriquet assez peu flatteur que donnaient les lavandières aux mariniers. Ce n'était cependant pas la pire des insultes !

Décapeler : Un mât, une vergue, c'est enlever les cordages qui y sont capelés; un cordage, entourant un objet quelconque, c'est le dépasser par dessus cet objet et l'enlever. De façon générale : ôter, décapeler un tricot, etc...

Echouer : Toucher le fond.

Ecope : Pelle en bois à long manche qui sert à prendre de l'eau à la mer pour en asperger la muraille d'un bâtiment pour la nettoyer. Elle sert également à vider les embarcations. Ecoper.

Haler : Remorquer un navire dans un canal ou le long d'un quai au moyen d'un cordage tiré au rivage. Tirer un cordage ou un objet quelconque au moyen d'un cordage sur lequel on fait un effort.

Hauturière (navigation) : navigation a large; contrôlée par l'observation des astres. Long cours.

Mater : Mettre un mat en place. Mâter une pièce, une barrique, les avirons : les dresser et le tenir dans une position verticale.

Mou : Un cordage a du mou quand il n'est pas assez tendu. Donner du mou : choquer une manoeuvre. Un navire est mou quand il a tendance à abattre.

Mouiller : Jeter l'ancre et filer la touée de la chaîne convenable.

Paré : Prêt, libre, clair, hors de danger. Parer - un cap : le doubler; - un abordage : l'éviter; - une manoeuvre : la préparer; - les manoeuvres : commandement pour tout remettre en ordre. Faire parer un cordage : le dégager s'il est engagé ou empêcher de la faire.

Piloter : Assurer la conduite d'un navire dans un port ou dans les parages difficiles de la côte.

Rendre : Un cordage rend lorsqu'il s'allonge. Une manoeuvre est rendue lorsqu'on l'a amenée à son poste en halant dessus. Rendre le mou d'un cordage : tenir le cordage à retour d'un bout tandis qu'on hale de l'autre bout. Rendre le quart : remettre le quart à son successeur.

Tenir le large : rester loin de la terre.

Tonnage : Capacité cubique d'un navire ou de l'un de ses compartiments exprimée en tonneaux. Le tonneau est égal à cent pieds cubes anglais ou à 2.83 mètres cubes (c'est le tonneau de jauge); Le tonnage exprime toujours un volume.

Traîne Tout objet que l'on file à l'arrière d'un navire à l'aide d'un bout de filin. A la traîne : un objet est à la traîne lorsqu'il n'est pas placé à la place qui lui est assignée.

Virer : Exercer un effort sur un cordage ou sur une chaîne par enroulement sur un treuil, guindeau ou cabestan. Virer à pic : virer suffisamment le câble ou la chaîne pour amener l'étrave du navire à la verticale de l'ancre. Virer à long pic : virer en laissant la chaîne un peu plus longue que la profondeur de l'eau. Virer de l'avant : faire avancer un navire en embraquant ses amarres de l'avant au cabestan ou au guindeau. Virer sur la chaîne : rentrer une partie de la chaîne en se servant du cabestan ou du guindeau. Virer de bord : changer les amures des voiles.

Vitesse : L'unité marine de vitesse est le noeud qui représente un mille marin (1852 mètres) à l'heure. Ne jamais dire un noeud à l'heure.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×